19660618 01 suspected Tornado Estavannens FR

Aus Schweizer Sturmarchiv
Wechseln zu: Navigation, Suche

Auszug aus "L'eau, le feu, les pompiers - par Benoît Caille en 1991 - retranscrit par Jean Pharisa en 2010"

Le plus grave ouragan date du samedi 18 juin 1966 vers 15 heures. Dans La Gruyère du 21 juin 1966, nous pouvons lire ceci:
"Samedi,vers 15 h., lors du violent orage qui s'est déclaré sur la Gruyère, la foudre et le vent ont causé d'importants dégâts en lisière du village alpestre d'Estavannens, non loin de la scierie. Trois maisons familiales appartenant aux frères Jaquet ont été gravement endommagées. L'une est quasiment détruite, ayant eu la toiture emportée et les murs ébranlés. C'est la maison de M. André Jaquet, ouvrier dans une entreprise de travaux publics de Bulle. L'épouse du propriétaire qui se trouvait dans le galetas pour fermer une lucarne a été projetée dans la cage d'escalier qui s'effondra. Elle a été blessée.Il en est de même de sa fille, Mlle Bernadette Jaquet,17 ans et de son fils Marcel Jaquet, 22 ans, ouvrier à l'Arsenal de Bulle, qui souffre de coupures. Les bâtiments de MM. Jean Jaquet, employé au commerce de fers J.et A.Glasson, à Bulle.et Maurice Jaquet, sellier,ont également subi d'importants dommages. Les tuiles ont été fracassées et emportées par l'ouragan. Il est difficile d'évaluer globalement les dégâts. La population partage les soucis de trois familles subitement frappées dans leurs biens. La famille de M.André Jaquet a dû trouver refuge chez des parents, son logis étant inhabitable. Nous souhaitons aux blessés un prompt et complet rétablissement."

und weiter:

Plusieurs jours après M. Maurice Jaquet a retrouvé des tôles lui appartenant, sous le Vanil du Paradis. Mlle Elise Jaquet a trouvé en fanant au Perruz, un plateau en argent qu'elle rapporta à Mme Anne Jaquet quelques jours plus tard. Une cage pour les lapins envolée jusqu'à la Chapelle du Dah. Un pommier arraché d'en bas de la maison de M. André Jaquet s'est retrouvé, le tronc et les racines sur leur balcon.
Gérard Pharisa, commandant du feu à l'époque, me dit que les Pompiers d'Estavannens sont intervenus pour cette ouragan. Nous ne nous rendons pas compte de l'extrême violence de cet orage qui aurait peu avoir des conséquences encore plus graves. Nous pouvons remercier Notre-Dame du Dah qui protège notre village."